Variations dans la musique contemporaine

La musique contemporaine semble totalement uniforme. Mais sous l’apparente harmonisation se dissimulent de nombreuses approches créatives qui demeurent une des grandes forces de ce courant créatif.

Musique contemporaine massique et aléatoire

Les musiques contemporaines dites « massiques » naissent dans une mesure en réaction aux musiques recevant le qualificatif « pointilliste ». Les musiques contemporaines massiques sont de ce point de vue un désir de faire de la musique différemment, de brouiller au mieux ou de casser au pire l’ordre musical établi.

Du point de vue des personnes qui écoutent cette forme de musique contemporaine, il semble effectivement plus simple de suivre une tendance sonore globale. C’est comme se laisser glisser dans un toboggan, c’est plus simple qu’aller traquer chaque note comme cela se fait dans les formes d’expression musicale plus classiques ayant précédé la musique contemporaine massique.

Parmi les noms de concepteurs de la musique contemporaine massique il y a : Iannis Xenakis dont l’oeuvre Metastasis écrite pour un orchestre et exécutée pour la première fois en 1954 va surprendre le public et obliger les mélomanes à ré-apprendre à écouter la musique. L’oeuvre Pithoprakta publiée en 1956 maintiendra cette nouvelle façon de faire de la musique.

Xenakis et György Ligeti continueront à composer des œuvres pour orchestre dans ce courant massique de la musique contemporaine.

Musique contemporaine aléatoire

Progressivement, des compositeurs vont à nouveau tenter de modifier la musique contemporaine. La démarche s’inscrira cette fois dans une perspective dite « sérielle ».

Des nombreux artistes contribueront à créer ce qui sera appelé plus tard « musique contemporaine aléatoire ». Parmi eux : Iannis Xenakis, Pierre Barbaud, Alain Louvier, Goffried-Michael Koenig, Michel Philippot…

La notion de musique « aléatoire » fera dire à certains critiques que les compositeurs renoncent à exercer leur métier en refusant de sculpter et de figer leur oeuvre. Pourtant, s’il est vrai que cette forme de musique contemporaine est « aléatoire » elle n’est pas hasardeuse. Autrement dit, les compositeurs définissent un groupe de variations que pourra adopter la musique composée.

L’oeuvre n’est dite « aléatoire » que parce que le compositeur ne choisit pas une seule variation avant le début de l’exécution de l’oeuvre. Cette dernière n’est donc jamais une improvisation. Elle est plutôt l’anticipation de plusieurs ambiances pouvant se manifester dans la salle de concert. Le choix de la variation musicale qui sera effectivement jouée se faisant, selon l’attitude du public qui définit l’ambiance lors du spectacle musical.

Leave a comment

Your email address will not be published.


*