Musique liturgique et musique païenne

La musique liturgique et la musique païenne sont très populaires. Elles accompagnent la majorité des humains pendant les phases capitales de leur vie. Il est intéressant de comprendre les influences de ces deux genres musicaux.

Quelques caractéristiques des musiques liturgiques et païennes

La musique liturgique et la musique païenne s’inscrivent toujours dans une partie chronologiquement identifiée de l’histoire et dans un espace culturel précis. Les influences des musiques dites « populaires » sur les œuvres recevant le qualificatif de « savantes ». sont plurielles.

Il arrive que des compositeurs utilisent leur patrimoine culturel pour donner un ancrage régional ou national plus intense à la musique qu’ils écrivent. C’est ainsi qu’ont procédé divers compositeurs tels que : le norvégien Edvard Grieg ou encore l’autrichien Béla Bartók…

D’autres compositeurs choisissent des références qualifiées d’exotiques. C’est le choix fait par des compositeurs français tels que Claude Debussy.

Avant la musique liturgique, il y eut la musique païenne

Ce que l’on appellera plus tard « musique liturgique » apparaît aux alentours du Ier siècle. Cet art répond à un besoin : permettre une certaine participation du public lors des cérémonies rituelles.

Ce qui deviendra l’Église Chrétienne Catholique emprunte la musique à la tradition judaïque. Les fidèles exécutent des chants tirés du répertoire liturgique. Ce dernier est composé de psaumes provenant de la Bible. Certaines prières non-explicitement présentes dans la Bible sont aussi chantées.

Initialement les chants sont accompagnés par des instruments tels que la flûte et le luth. En ces temps-là, on danse même lors des célébrations religieuses !

Les instruments et les danses seront progressivement exclus de la musique liturgique afin d’éviter de distraire les fidèles.

Leave a comment

Your email address will not be published.


*